QuickPost : Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement

In Non classé
Scroll this

(Et les mots pour le dire arrivent aisément)

Jacques Attali, toujours opposé à hadopi répond aux artistes qui la soutiennent.
Comme souvent la pensée est claire, extraits.

Les majors qui, loin des idées reçues, continuent, pour la plupart, de voir leur chiffre d’affaire croître, se voient consolidées dans leur position dominante. C’est la victoire de l’industrie culturelle sur la création artistique, qui, dans l’histoire, ne recevra pas un euro.

selon une étude récente, se sont ces mêmes jeunes, ceux qui téléchargent le plus, qui, ensuite, achètent le plus de cd ou dvd. Est-ce bien raisonnable de sanctionner et stigmatiser ceux qui font tourner l’industrie du disc et du cinéma ?

A la question  «la riposte graduée vous fera-t-elle abandonner le téléchargement illégal ?», seuls 4,2% répondent que s’ils reçoivent un avertissement ils passeront aux offres légales contre 51,1% qui estiment qu’ils sauront trouver une parade à la surveillance des réseaux.

Ce nouveau procédé à un nom : la licence globale. J’ai déjà eu l’occasion d’en vanter les mérites. Une somme minime, prélevée sur les recettes des fournisseurs d’accès internet, financera les auteurs, les interprètes, les cinéastes, les agents, les producteurs, les distributeurs. On met à contribution les véritables bénéficiaires. Bien entendu, cette licence globale ouvre un lieu au bénéfice des seules majors si les artistes ne demandent pas, dès maintenant, à participer à la définition de ce mécanisme d’attribution.

Autant prendre les devants, poser dès aujourd’hui les bases d’un système qui fonctionne et qui contente toutes les parties. La gratuité recèle des perspectives formidables, l’enjeu est de savoir s’en servir à bon escient.

Hadopi: réponse aux artistes | slate

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *