Pop-Idol a changé le monde

In Non classé
Scroll this

(NB : Ce post date de novembre 2006 mais il étant en anglais et enfoui)

“Pop Idol changed the world”

(un responsable stratégie d’un gros opérateur européen, oct 2006)

Cette phrase est probablement un peu provocatrice, mais il y a du fond là-dessous.
Quelques chiffres : (En partie trouvés chez Tomi Ahonen : Communities dominate brands)

  • 30 % des votants de la première édition de American Idol n’avaient jamais envoyé de SMS.
  • 400 million de personnes ont voté pour Lee Yuchun, la gagnante de Supergirl (version chinoise de pop Idol)
  • Les votants de la version française de Star Academy ont véritablement choisi leur poulain, à l’opposé des choix des producteurs(statistiques Star Academy 5)
  • 90% of des adolescents coréens ont un profil Cyworld – mieux encore : c’est le cas de 30% de la population totale !
  • Le vote par SMS est apparu lors d’élections américaines (Maine Gubernatorial Race Goes Mobile)
  • Selon Technorati :
    • La blogosphere double tous les 5 mois
    • 175,000 blogs sont crées par jour (2 par seconde !)
    • 1.6 Million de posts par jour (20 par seconde !)
  • La clé du succés d’Amazon est la recommendation par les lecteurs
  • Pour les utilisateurs d’internet, la source d’information la plus fiable (devant la presse), ce sont les autres internautes
  • En 1 an, Facebook est devenu le deuxième réseau social derrière MySapce avec (source Fabernovel) :
    • 42 millions d’utilisateurs actifs
    • 50% des utilisateurs ne sont pas des étudiants
    • 4000 applications en 4 mois
    • Visite quotidienne pour plus de la moitié des utlisateurs actifs
    • Une moyenne de 20 minutes par jour
    • 6 Millions de groupes actifs

Au delà de l’excitation Web 2.0 et de l’arrivée du mobile dans la course, que peut on en tirer ?

2 mouvements majeurs selon moi : Le pouvoir des communautés et la fin du Read-Only

La fin du read-only :
Que signifie la phrase de titre ? En quoi Pop-Idol peut il “changer le monde” ? Certainement pas grâce à l”apport artistique ? Le vraiment changement vient du fait qu’avec cette émission, les spectateurs sont acteurs. Le programme est leur programme. Pop-Idol est la première émission TV 2.0 (“user chosen content”)
Le contenu prduit par les clients est partout, de youtube à Yahoo answers : Cyworld, MySpace et Facebook sont les plus gros sites, Amazon augmente ses ventes avec du contenu produit par les clients (les avis), Booking.com classe les hotels en fonction de leur notation par des voyageurs, pas par des guides, Textually propose des news produites par des “citizen journalists”, Wikipedia est reconnue comme une source valide d’information, des millions de blogs s’ouvrent chaque semaine : L’information est désormais le résultat d’un effort collectif.
N’importe qui peut la produire

Pop-Idol, the Apprentice et les shows de ce type déplacent ce modèle online à des produits du monde offline.

En ce sens, c’est la fin du read-only.
L’information est générée par les “foules” pour les foules.

Mais pour que cette information ait une valeur, son origine doit être connue. Un information produite par un anonyme sans “authentification” est sans valeur.
C’est ici qu’apparait la valeur de la communauté

La valeur des communautés :

L’arrivée de contenus crée par les utilisateurs pose plusieurs questions :

  • Qui me parle ?
  • Pourquoi s’adresse t’il à moi ?
  • Sait il qui je suis ?

Les communautés répondent à ces questions : elles légitiment la prise de parole (dans un cadre défini), elles donnent des éléments de “réputation” à celui qui parle, elle crée des liens entre ceux qui parlent et ceux qui recoivent (qui sont les mêmes, à tour de rôle).
The story, is about people – and what we are – A “we species” – human beings are highly social and are built to be so

Que manque t’il à cet écosystem ?  :

Il s’agit d’oublier la distinction Internet/mobile/”réalité”. En parlant de Cyworld, un analyste me disait au sujet des adolescents coréens “their life is there”.
Proposer des outils pour cette génération va donc bien au delà de fournir un service Internet.

Il s’agit de produire les outils pour créer ce cycle identité/communautés/réputation.
Et il manque selon moi de sérieux outils d’aggrégation d’identité. C’est le même DMY sur LinkedIn, FaceBook, Twitter et ici et pourtant tout est eclaté. Les LifeLines repondent en partie au besoin d’aggrégation, mais elles ne sont que des outils de publication (voir la mienne sur http://life2front.com/dumeny/).
Il s’agit de produire des outils pour passer de manière fluide d’une communauté à une autre (choisir quels contacts linkedIn le sont aussi sur Facebook, en suivre une partie sur twitter..)


Je rate probablement un grande partie de la question, mais c’est la vue que j’ai depuis ma fenêtre.
Où l’herbe est decidement de plus en plus verte !

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *