Mobile Web 2.0 conference @ London, sep 2007

In Non classé
Scroll this

Conférence Mobile Web 2.0 à Londres la semaine dernière.

voici le texte que j’ai ecrit pour www.servicesmobiles.fr

Pendant deux jours opérateurs, analystes, développeurs d’applications et journalistes débattent de la manière dont le monde des télécoms doit négocier le virage vers le Mobile Web 2.0.
Pour certains il s’agit d’un risque de perdre une bonne partie de leur pré carré (les opérateurs doivent inévitablement revoir leur stratégie de walled-garden), pour les autres il s’agit d’une opportunité fantastique, le mobile empruntant le chemin du web et multipliant les possibilités de lancer des produits.

Qu’est-ce que le Mobile Web 2.0
Il s’agit probablement du problème le plus débattu pendant ces deux jours.
Pour certains il s’agit de l’arrivée des poids lourds du web sur le mobile, pour d’autres l’adaptation de l’ensemble de l’Internet vers les téléphones, ou encore l’arrivée de services novateurs mettant le consommateur/producteur au centre.
Pour tous, il est question de la fin de la suprématie des portails opérateurs et de la prise de contrôle de la publicité sur les business models.

Les opérateurs et le Mobile Web
Tous les opérateurs présents sont dans un mouvement vers la disparition de leurs business models
Pour Dan Appelquist de Vodafone les portails opérateurs deviennent une “start page” vers des services ouverts. Pour Ingo Schneider de T-Mobile, il s’agit de réintégrer sur les portails une sélection de contenus pertinents du web et de laisser les utilisateurs naviguer librement sur le reste de l’internet. Gerard Grech et Martin Duval de chez Orange ont montré comment l’opérateur favorise un écosystème autour de lui.
Mike Short de chez O2 a quant à lui eu du mal à parler d’autre chose que de leur contrat de distribution de l’Iphone dont l’annonce officielle avait lieu la veille

Mobile Web 2 et la gestion de l’identité
Très intéressante présentation de Tony Fish sur le sujet de la propriété des données dans cet univers.
Puisque le business model est publicitaire, la collecte des données est cruciale.
Il est fait une distinction intéressante entre l’identité et les traces (footprints).
On peut protéger ses informations « identitaire » (qui je suis), mais il est impossible de cacher ses informations « comportementales » (ce que je fais).
Et c’est finalement le second type d’information qui est pertinent. Si on sait que je vais sur ESPN, CNN et Playboy, on sait quoi me vendre, peu importe mon age, mon sexe et mon pays de résidence.
Les opérateurs gardent donc un rôle central car ils sont bien placés pour collecter ces données.

Mobile Web 2 et les nouveaux usages
Pour la plupart des intervenants nous sommes à un moment clé.
* Les terminaux ont évolué (l’Iphone était la star des débats) et sont largement distribués
* Les réseaux sont rapides
* Les business models publicitaires sont prêts.
* Les opérateurs s’ouvrent à l’écosystème
Les conditions sont donc réunies pour que de nouveaux services et usages apparaissent.
Mobile social networking, TV interactive, online gaming, réalité virtuelle… Voilà les mots qui font rêver le monde du mobile.

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *