Top
LeWeb 10 : Au commencement était le Verbe. – .: DMY :.
fade
1430
post-template-default,single,single-post,postid-1430,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

LeWeb 10 : Au commencement était le Verbe.

LeWeb 10 : Au commencement était le Verbe.

C’est devenu un rituel : en décembre, avec les premières plaques de verglas, on passe deux jours à parler web entre vieilles connaissances et au milieu de nouveaux venus.
Entre enthousiasme forcené et cynisme français.

Cette année, je donne un coup de main à servicesmobiles.fr pour quelques interviews en anglais. 

Je suis toujours aussi étonné du fossé entre les américains et le reste du monde quand il s’agit de pitcher un service ou de répondre à des questions.

Ils savent faire.

Lorsque une société américaine se déplace sur un salon ou un évènement professionnel, le pitch est rodé, le discours est répété.
Lorsqu’on parle à une société française ou européenne, on est souvent face à des approximations, des considérations larges. C’est certes plus proche de la réalité, rien n’est jamais noir ou blanc,  le business n’est jamais “amazing” quand on gère une boite, mais le fait d’énoncer clairement qui on est, quel est le message qu’on souhaite faire passer est probablement une des clés du succés des boites américaines. 

En se définissant clairement elles participent à la cohésion de leurs actions et à leur succès.

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement » disait Boileau, et si c’était l’inverse ?

DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :