Top
Let’s keep the music special, fuck Spotify : Les labels musicaux decidemment aveugles – .: DMY :.
fade
961
post-template-default,single,single-post,postid-961,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

Let’s keep the music special, fuck Spotify : Les labels musicaux decidemment aveugles

Let’s keep the music special, fuck Spotify : Les labels musicaux decidemment aveugles

Après Coldplay, et le regroupement de labels indépendants ST Holdings, ce sont donc les Black Eyed Peas qui se retirent de Spotify, Rhapsody, MOG et Rdio (Deezer est encore un nian sur ce marché, mais son tour devrait suivre)

Dans leur souci légendaire de défendre la création et la diffusion de la musique, tous ces gens expliquent leur retrait des plateformes de streaming légales (et donc source de revenu pour eux) par la baisse du marché de la musique digitale qu’ils observent.

Dans une magnifique demonstration de syllogisme ils déduisent une relation de causalité entre ces deux évènements.

Si les revenus du téléchargement légal baissent au moment où les sites de streaming légaux grossissent ce n’est pas seulement simultané, c’est forcément lié. Ben voyons.

Rappelons à tous ces fins stratèges qui ont déjà pris un mur à pleine vitesse au moment de l’arrivée du digital (a.k.a. “Le Mal”) que ce qui façonne leur marché c’est la structure de la demande, pas celle de l’offre.

Les utilisateurs veulent de la simplicité et de la liberté, les plateformes de streaming sont simples et permettent de consommer de la musique sans l’acheter. 

Essayez de comprendre vos clients, pourquoi ils vont vers ces plateformes et adaptez-vous.

Quant au laïus “la musique perd toute sa spécificité en étant exploitée comme une marchandise qui a très peu, ou aucune valeur. ” venant de l’industrie de la musique telle qu’elle produit des tubes jetables en pagaille depuis 20 ans, c’est tout simplement grotesque.

Enhanced by Zemanta
DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :