Les business models du Mobile Cloud

In Non classé
Scroll this

Passage éclair ce matin à la conférence Informa “Cloud Mobility

Il y était donc question de l’impact du Cloud Computing sur les services mobiles, sur les écosystèmes existants, sur la place des operateurs dans ce panorama.

Une introduction rapide au Mobile Cloud Computing d’abord :

La définition généralement admise pour “l’informatique dans le nuage” est : services dont le stockage des données et/ou les operations de calcul et traitement sont effectués sur un serveur et non sur le terminal de consultation.

Quand vous utilisez gmail, c’est du Cloud Computing, tout se fait sur Internet, votre navigateur n’est qu’une interface. Si vous changez de PC, votre contenu gmail ne change pas.  

Quand vous relevez votre email par Outlook (via pop3) et que vous sauvegardez les fameuses archive.pst, ce n’est pas du Cloud Computing, si vous crashez votre disque dur, vous perdez votre historique.

Avec la prolifération des terminaux, le mouvement vers le Cloud Computing est nécessaire.

Si vous utilisez un ordinateur portable au bureau, un autre a la maison, un smartphone et un iPad, vous voulez que vos données vous suivent, que vos mails lus au bureau n’apparaissent pas comme nouveaux a la maison, que la playlist musicale composée sur votre canapé devant un épisode de Plus belle la vie s’ouvre sur votre iPhone le lendemain, que ce powerpoint que vous avez retravaillé jusqu’à 2h du matin soit sur le PC du bureau pour la présentation du lendemain 9h, voire même qu’elle soit imprimée sur place quand vous arrivez à 8h55. (oui c’est juste mais bon, vous avez bossé jusqu’au milieu de la nuit!)

Pour tout ça, il faut un Cloud, il faut un stockage et un traitement des données ailleurs que sur le terminal.

Le services de cloud peuvent prendre la forme de pages web, de web mobile, de web-apps de TV connectée ou d’applications téléchargées.  

Toutes ces appas iPad utilisent le mobile cloud

Je pense que parler de “mobile” cloud n’a pas de sens; Par définition, le Cloud implique que plusieurs appareils accèdent au même service, quelle importance que ce soient des appareils cloués au sol ou nomades ? Un ordinateur portable, c’est fixe ou mobile ?

La différence est une question d’une autre époque, celle on on parlait encore de “convergence” comme quelque chose d’audacieux.  

Les business models et le rôle des operateurs mobiles donc.

* Freemium

Fournir du service gratuit et ajouter des services payants.

Dropbox par exemple, qui vous permet de synchroniser vos données entre plusieurs appareils, propose son service gratuitement mais vous facture pour dépasser 2Go. (ou vous offre de l’espace si vous leur amenez des utilisateurs, comme c’est le cas pour moi ici si vous cliquez sur ce lien) (merci)

On peut aussi fournir des fonctionnalités additionnelles comme le partage ou la synchronisation.

Spotify, dans sa version gratuite vous donne accès a son service de streaming de musique  Si vous n’êtes pas connecté, le service ne fonctionne pas. La version Premium vous permet de télécharger les morceaux sur votre pc et sur votre mobile pour une lecteur dans n’importe quelle situation.

Evernote, qui centralise la sauvegarde de notes propose un quota mensuel limité de notes (nombre et poids) gratuitement et facture pour le dépasser.

Un autre freemium assez répandu : le nombre de terminaux.
La version premium de Spotify intègre l’usage sur terminal mobile.  

* Licence

Salesforce est probablement un des services de Cloud les plus importants.

Il s’agit d’un outil de CRM et suivi de forces commerciales. Leur mode de facturation est une licence par utilisateur, sans surtaxe pour utiliser la version mobile ou la version web.

* Publicité

Les services sont connectés, il s’agit donc d’internet sur lequel on peut afficher de la publicité, que ce soit en web, web mobile ou application.

Gmail a un modèle publicitaire par exemple.

Que viennent faire les operateurs là dedans ?

D’abord ils ont des atouts certains pour fournir ces services :

  • Ils disposent de données sur les utilisateurs
  • Ils savent facturer
  • Ils sont naturellement au cœur d’offres qui mixent nternet fixe et mobile.

Mais surtout ils sont pertinents pour les proposer à leurs clients.

Tout le Cloud Computing tourne autour de l’idée de données. Et ce sujet est devenu ultra sensible. Facebook est au cœur de toutes les polémiques quant à leur usage des données personnelles. Que Gmail vous présente des publicités en rapport avec le contenu de vos emails, ça ne vous gêne pas ?

Or, si on n’a pas une relation affective avec son opérateur, on a une relation de confiance.

A tord ou a raison on fait confiance à SFR, Orange ou Bouygues pour traiter sérieusement Les données qu’on lui confie.

Pour les participants a la conference, les années 2010 sont celles de l’informatique ubiquitaire qui n’existe que grâce au Cloud, je le crois aussi.

Cloud services utilisés pour poster cette note :

  • Flickr : Image uploadée depuis mon iPhone par email apres passage par IMSense
  • Evernote pour Ipad : Texte tapé et sauvegardé
  • Evernote pour iPhone : Récupération et copie du texte
  • Tumblr pour iPhone : Insertion du texte et intégration de l’image flickr

    Le tout posté via l’accès Internet du Thalys

Pour ceux qui aiment les mindmaps et qui arrivent a me lire (si il y en a) : mes notes sur le Cloud Computing

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *