Le mérite qui s’hérite

In Non classé
Scroll this

Je voudrais qu’on m’aide a comprendre l’idée qui sous-tend une partie des propositions de Nicolas Sarkozy : la suppression de l’impôt sur les successions.

La baseline de la campagne de Nicolas Sarkozy c’est le mérite. Travailler plus pour gagner plus est l’exemple le plus saillant de cette école de pensée.
C’est classique dans la droite française : libérer les énergies, faciliter l’action économique et permettre à chacun de s’accomplir. Ne pas reproduire les schémas sociaux en exploitant au mieux chaque individu.
Où la gauche tend à ré-équilibrer les rapports de force pour atténuer les différences, la droite croit en la valeur individuelle comme vertu cardinale, les meilleurs créant la valeur qui profitera à la société dans son ensemble.
L’axe d’une politique de droite c’est l’économie, l’axe d’une politique de gauche c’est la société

Nos deux candidats illustrent assez bien ces tendances.

Au milieu de tout ça, Nicolas Sarkozy propose de faire disparaitre les droits de succession.
Sur le plan individuel la justification est simple “je suis pour la suppression des droits de succession, parce que laisser le produit d’une vie de travail à ses enfants, c’est conforme à l’idée que je me fais du travail et de la famille” (N.Sarkozy dans Les Echos le 9 novembre 2006).
D’un point de vue global, l’exonération des droits de succession a une conséquence évidente : la conservation des inégalités a travers les générations.
Si on commence sa vie avec la fortune de ses parents, on n’est pas égal au départ et la théorie du mérite est inopérante.

Je ne comprends pas comment la droite française arrive a régler cette contradiction entre mérite et perpétuation des structures patrimoniales.

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *