Top
Kevin Kelly et le futur du Web – .: DMY :.
fade
2980
post-template-default,single,single-post,postid-2980,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

Kevin Kelly et le futur du Web

Kevin Kelly et le futur du Web

Kevin Kelly, le rédacteur-gourou de Wired etait à la EG Conference il y a presque deux ans. J’avais raté cette video.

Il y parlait du web, de comment ce qu’il est aujourd’hui était totalement impensable à sa naissance 5000 jours plus tôt et comment il pourrait être devenu 5000 jours plus tard

Son argumentation part de la théorie désormais classique que le Web est l’OS d’une Machine unique, dont les milliards d’éléments connectés sont les capteurs, les émetteurs et la force de calcul.
Nos laptops, nos smartphones, les caméras de video-surveillance, les capteurs de pollutions, les supercalculateurs de la NASA participent de cette Machine, la plus fiable de l’histoire et la plus puissante. Mais dont la puissance est celle d’un seul cerveau humain.

En extrapolant, la puissance cette Machine en 2040 sera celle des cerveaux humains de l’humanité entière. Il rejoint ici a thèse de la Singuarité de Kurzweil qui, reposant sur l’idée que tout est information et que la Machine est construite comme le cerveau, quand sa puissance dépassera celle de la Machine Humaine, le temps de la Singularité sera venu et nous, humain, ne serons plus en mesure d’anticiper ni de comprendre où ira le monde et ce que la Machine deviendra. De créateurs nous en serons devenus les sujets. Sujets puissants si nous avons évolué avec la Machine (mémoire augmentée, cybernétique etc) ou impuissants si nous sommes restés dans notre état purement organique.

De ce point de départ il extrapole les prochains 5000 jours du web. Et c’est passionnant.

De manière très macro (regardez la video plutôt), il y parle de trois points :

Le premier est en rapport avec le corps de la machine. Comment nous ne sommes pas dans Matrix mais plutôt dans une digitalisation des corps matériels, l’Internet des objets n’est pas loin. La Machine est le prolongement de l’humain mais l’inverse est vrai également en raison de l’omniprésence de la Machine, de son omnipotence aussi.

La structure de la Machine ensuite. Après l’étape “Internet” au sens propre, celle de la liaison entre des ordinateurs, est venue l’étape de la liaison entre des pages, l’étape “web”.
Nous entrons dans l’étape du lien entre les données. En somme on va du plus large (l’ordinateur) eu plus particulier (les données). C’est le web sémantique. Après avoir partagé notre capacité de calcul, puis des pages que nous éditons, nous partageaons des données qui nous restent attachées mais sont lisibles et transportables de site en site.

Pour finalement en arriver à l’étape suivante, l’Internet des Objets. Où non seulement les informations sont liées entre elles mais aussi les objets porteurs ou emetteurs de ces informations.

Avec quelques questions intéressantes au passage. Comment articuler extrême personnalisation et extrême transparence ? L’outsourcing de la mémoire est-il un fait nouveau ou une simple évolution de nos technologies ?

Regardez ça, ce ne seront pas 20 minutes perdues.

DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :