Top
.: DMY :.
fade
1650
post-template-default,single,single-post,postid-1650,single-format-audio,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

tumblr_l8is25SkWk1qzcovq

J’ai adoré ce mec, j’ai adoré cet album, j’ai adoré ce titre, j’ai adoré ce mix.

Et puis, malgré deux autres albums réussis mais sans le génie de The Hardline, le bonhomme est parti jouer autre chose dans un autre univers, de temps en temps un morceau surnage à peine dans le flot incompréhensible et plat qu’il produit depuis 15 ans.

Après un Olympia flamboyant en 95, son passage à la maroquinerie l’année dernière laissait a peine entrevoir ce qui avait pu me captiver à l’époque.

Dommage 

DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :