Top
DMEXCO 2013 : Le mobile est partout….et nulle part – .: DMY :.
fade
262
post-template-default,single,single-post,postid-262,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

DMEXCO 2013 : Le mobile est partout….et nulle part

DMEXCO 2013 : Le mobile est partout….et nulle part

(note publiée pour servicesmobiles.fr)

Services Mobiles est passé cette semaine au salon DMEXCO à Cologne. Le rassemblement annuel du marketing digital et de la publicité online.

Nous y avons cherché les exposants spécialistes du mobile. Ils étaient nombreux. Les classiques régies allemandes et internationales (YOC, Madvertise, AD4Screen, DSNR, InMobi, etc…) étaient présentes.
Des développeurs d’applications et enablers techniques autour du RTB, de la réalité augmentée ou du data analytics présentaient de nouvelles offres (Nielsen, Pubmatic, Telefonica)

Les trois sujets principaux de cette édition étaient sans surprise : Mobile, Social et Video.

Le Facebook marketing occupait probablement la plupart des esprits, le marché est énorme et encore en cours de consolidation. De nombreuses start-up proposent des services d’optimisation qui se professionnalisent et s’éloignent de la mise à disposition de ressources manuelles pour aller vers des services automatisés.

La video ensuite, occupait beaucoup de conversations et beaucoup d’acteurs spécialisés étaient présents ( AdapTV, TubeMogul, Videoplaza, Brightcove); Parcequ’elle permet de capter simplement des budgets TV vers le digital – les spots existent, avec en général un objectif de branding plutôt que de ROI immédiat – et parceque la consommation de video sur internet explose devenant peut-être le mode de consommation digitale qui occupe le plus de temps d’attention cette année.

Le mobile enfin, mais toujours avec la question “pourquoi le marché n’explose t’il pas ?”
25% du temps d’attention média pour environ 5% du marché de la publicité, qu’est-ce qui ne marche pas ? Pourquoi les annonceurs ne se précipitent-ils pas plus sur ce média ?

Mon avis après avoir discuté avec beaucoup de sociétés non-mobiles est que l’angle de vision n’est pas le bon. Les budgets spécifiquement mobiles et comptabilisés comme tels ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Quand un éditeur online vend une campagne de pré-roll video il est extrêmement rare qu’il distingue par terminal sur lequel le spot sera diffusé. Il vend une cible ou un environnement éditorial quelque soit le support. La diffusion aura lieu sur le web, les mobiles, les tablettes, les boxes des ISP, les consoles de jeu etc…. Videoplaza voit 40% de la publicité diffusée hors web dont plus de la moitié sur les terminaux mobiles. Quand un spécialiste du facebook advertising achète des “sponsored stories” pour le compte de son client, elle seront diffusées sur les version web, mobile et tablette du réseau social.
Dans ces deux cas le monde du marketing mobile ne considère pas que c’est une part de son propre marché.

Et c’est pourtant probablement un montant d’investissements supérieur à ce qui est directement comptabilisé comme “mobile advertising”

Cette année le mobile n’était vraiment nulle part à DMEXCO mais il était partout.

DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :