Top
« Clones » de la science-fiction balourde avec un peu de fond ? – .: DMY :.
fade
2933
post-template-default,single,single-post,postid-2933,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

« Clones » de la science-fiction balourde avec un peu de fond ?

« Clones » de la science-fiction balourde avec un peu de fond ?

Dans H+ Magazine, deux articles sur le film “Surrogates » (« clones » en VF) starring Bruce Willis qui sort ces jours-cis aux USA et fin octobre en France.

Une interview de Robert Venditti, l’auteur de la BD (pardon “graphic novel”, c’est plus chic) qui a servi de base au film et un article sur le film lui-même.

La BD est assez interessante, elle pose comme question principale le rapport à la technologie et comment on peut se laisser séduire par de petites avancées pour finalement se retrouver dans une situation qui, si on l’avait vue dans la globalité, nous aurait semblé terrifiante.

La métaphore de la grenouille qui se laisse ébouillanter si on fait chauffer l’eau doucement alors qu’elle sortirait immédiatement si on la plaçait dans une casserole d’eau bouillante. La fameuse technique du pied dans la porte.

Cette question est intéressante dans le cadre du débat autour de la vie privée, des réseaux sociaux, et des jeunes générations.

A quel moment notre exposition sur les réseaux passe t’elle le niveau de ce qu’on aurait accepté à l’avance ?

En fait, encore une fois, ceci démontre qu’il faut éduquer aux technologies, apprendre aux utilisateurs à déchiffrer ce qui s’y passe.
L’enjeu est important.
Le pretexte du web 2.0 “c’est vous qui en faites le contenu, vous en êtes donc maitres” masque le fait que non, on ne contrôle pas grand chose en fait, il faut donc comprendre avant de s’y jeter.

Le risque c’est de se dire, trop tard, “si j’aurais su, j’aurais pas venu”

DMY
No Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :