Top
Apple watch vs Android Wear – .: DMY :.
fade
36181
post-template-default,single,single-post,postid-36181,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow-ver-1.3.7,eltd-smooth-scroll,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-standard,eltd-sticky-header-on-scroll-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-menu-item-first-level-bg-color,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.3,vc_responsive,cornerstone-v2_1_7

Apple watch vs Android Wear

Apple watch vs Android Wear

Ars Technica a publié une comparaison des interfaces de l’Apple Watch et de la version Android (en prenant la montre ronde de Motorola pour exemple).

La montre Apple n’étant pas encore disponible ils se basent sur les éléments promotionnels existant et les screenshots apple.com. Il se peut donc que certains éléments soient différents sur la version définitive mais la comparaison est intéressante car elle révèle des parti-pris très différents et assez surprenants.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Android se concentre sur les notifications,
Apple sur l’interaction

La montre Android propose une interface beaucoup plus épurée. A dominante blanche, il s’agit pour l’essentiel d’un portage des fonctionnalités de Google Now. Pas plus d’une action possible par écran (l’appareil photo est éloquent !), une navigation page par page pour naviguer dans les apps mais des écrans très clairs à lire. L’Android Watch est une montre qu’on regarde plus qu’on ne la touche. Ce qui rend probablement pénible le fait de chercher une application en mode liste.
A l’inverse, Apple fait le parti de l’interaction. L’écran principal est un mur d’icônes, tout y est accessible, au prix de devoir probablement s’arrêter de marcher pour interagir avec sa montre.

All you can eat chez Apple,
slow food chez Android

Les applications Apple Watch sont nettement plus complètes que celles d’Android Wear. La messagerie inclue l’historique et des maps, la météo est heure par heure, le lecteur media propose les contrôles sur l’écran principal, le fitness tracker compte les pas, les calories, l’exercice. Chez Google il ne s’agit que de podomètre, de messages texte, de multi-écrans pour le lecteur media, d’une météo à la Google Now.
Bref, Google reprend le principe de Cards de Google Now (une info/une action par écran) quand Apple propose une expérience plus complète.
La question est de savoir ce qui a le plus de sens sur l’écran d’une montre quand on a son téléphone dans la poche.

Une interface vocale chez Android,
une molette chez Apple

Il semble que tout le monde se soit mis d’accord sur le fait qu’un écran tactile de petite taille au poignet c’est loin d’être suffisant comme mode d’interaction.
Apple a ajouté une molette. C’est assez pertinent puisque cela reprend une fonction des montres classiques, l’adaptation devrait donc être simple.
Google de son côté mise sur l’interface vocale. Il va falloir parler à sa montre. C’est cohérent avec leur stratégie globale « OK Google » disponible sur leur Glass et les Nexus, j’ai comme un doute sur l »usage réel.

Un environnement contrôlé chez Google,
libre chez Apple

C’est le point qui m’étonne le plus. Dans l’environnement smartphone les interfaces Apple sont épurées et très cadrées : Apple sait ce dont vous avez besoin, vous le présente de manière épurée et ne vous laisse pas sortir du cadre. A contrario Android laisse les développeurs faire ce qu’ils veulent, créer de widgets, communiquer avec les couches basses de l’OS sans contrôle ou presque.
Ici c’est l’inverse qui se ressent. L’interface AppleWatch semble présenter une foule de fonctions quand Android Wear choisit précisément de quoi vous aurez besoin et comment vous devrez l’utiliser.
La montre d’Apple fait l’effet d’un mini smartphone, celle de Google d’un compagnon du mobile qu’on garde à portée de mains. C’est d’autant plus étonnant que ce sont des montres Android qui sont bientôt disponibles en version autonome avec carte SIM.

Comme si l’absence de Steve Jobs avait laissé les ingénieurs imposer leurs idées aux designers Apple, comme si Google avait pris un tournant vers le contrôle du design.

 

source : Ars Technica

 

DMY
6 Comments

Post a Comment

%d blogueurs aiment cette page :